" Recueillir les souvenirs qui périssent, préserver de l'oubli des choses et des faits dignes de mémoire, et prouver, en entourant le
passé de soins pieux, que le présent n'est pas ingrat comme on l'en accuse, c'est un devoir envers la patrie et envers nos pères.
"

( Abbé Magloire-Giraud - 1858 )
Connaître les dernières mises à jour du site : .     Rechercher dans le site :
Un peu de pub ?? Un article dans la Provence du 12 avril 2006 !
Et un autre dans la Provence du 16(?) avril 2007

Nouveau !

La réalisation de ce site représente beaucoup d'heures de recherche et de rédaction. Les encouragements sont toujours les bienvenus. Si vous avez apprécié la visite, laissez moi un petit mot sur le :
Livre d'Or !


Pour en savoir plus :

Pour vous informer sur un sujet précis, consultez plutôt la section :
" Encyclopédique".
(Recommandé..)

Pour découvrir l'histoire de Belcodène de façon plus chronologique, consultez la section :
" Historique ".

Pas directement liées à Belcodène, vous trouverez d'autres infos glanées lors de mes recherches dans la partie :
" A côtés... "

Pour connaître l'actualité du village et ses activités, consultez le :
" Site Officiel ".


Appel !

Ce site est en perpétuelle évolution. Les recherches sont sans fins !!
Si vous possédez des informations inédites sur Belcodène, des photos anciennes, des documents, des manuscrits, ou simplement des souvenirs, vous pouvez m'aider dans ma tâche en me contactant par mail à :
bolcodenis@free.fr.
Merci d'avance !!

Des documents d'archive au format PDF à télécharger sur la :
Page des PDF's :


"Bulcodinas"
(Manuscrit de 1349)

Miss Provence est Belcodénoise !!
Le 17 juillet, c'est une Belcodénoise de 18ans, Margaux Barbry, qui a été élue "Miss Provence 2011".

Lire la suite...


Ce site est dédié à l'histoire oubliée de Belcodène, petit village des Bouches du Rhône. Son but est de faire découvrir à tous que Belcodène a un passé très riche, malgré son manque de monuments ou d'édifices anciens.
Mais avant tout, ce site veut lancer un cri d'alarme devant la dégradation et la détérioration rapide des derniers vestiges visibles sur le territoire de notre commune.
Au début du XIXème siècle, ces vestiges étaient encore nombreux et bien en place. Les premiers à quitter notre sol furent les bornes romaines, "prélevées" par les frères Bosq, en 1838. Entre les observations des Frères Bosq, en 1835, celles de l'abbé Bargès, en 1883, et celles d' Henry de Gérin-Ricard en 1900, la dégradation est déjà très sensible.
L'abbé Bargès en était, hélas, bien conscient puis qu'il écrivait de façon prémonitoire

" … si l'on n'y prend garde, il suffira de quelques années encore pour faire disparaître entièrement les vestiges de cet antique monument (le Castellas)."

Plus loin il ajoutait mélancolique :

" …les autres (les restes d'antiquités) se trouvent malheureusement abandonnés dans un lieu obscur et non gardé, ou bien exposés aux injures de l'air, aux outrages des ignorants, et destinés à disparaître dans un temps plus ou moins prochain, à être à jamais perdus pour la science. "

Aujourd'hui, cette dégradation est encore plus rapide. La modernisation, la mécanisation, l'expansion démographique auront tôt fait de faire disparaître les derniers témoignages de ce glorieux passé.
Il est encore temps de s'en préoccuper !

Présentation du village actuel :


Le village de Belcodène sur fond de Sainte Victoire.


Belcodène est un petit village des Bouches-du-Rhône, situé au centre d'un triangle "La Bouilladisse - Fuveau - Peynier"


Cliquez sur la carte pour plus de précision.

Le climat y est agréable, malgré ce que pourrait laissser penser la description ci cessous donnée par l'abbé Bargès, en 1883 :

" ... Il n'est arrosé par aucune rivière; l'on y voit ni source jaillissante ni claire fontaine, ni douces et vertes prairies: les puits seuls et les citernes fournissent à peine l'eau nécessaire aux besoins de la population...Le plateau se trouvant à une altitude de cinq cent mètres au-dessus du niveau de la mer, la température y est excessivement froide pendant l'hiver ; la neige, la glace et les frimas y rendent cette saison fort incommode et s'opposent à la culture des plantes dont la végétation exige un climat doux et tempéré....C'est sur ce territoire, dans cette localité obscure et solitaire que se trouvent ... "


© Max Derouen
"Personne ressource" de l'Observatoire Homme-Milieux du Bassin minier de Provence.