Belcodene : Les à-côtés : Statistique du département des Bouches du Rhône


Généralités.

La "Statistique du département des Bouches du Rhône" est une référence. Publié de 1823 à 1833, c'est le premier document qui décrit le département des Bouches du Rhône, nouvellement formé (4 mars 1790).

Il est constitué de 4 volumes in 4° plus un atlas in folio.

Dédicace.

Dédicace au Roi Louis XVIII, anciennement comte de Provence.

Au Roi,
 
Sire,
 
En même temps que j'étais appelé à la Préfecture des Bouches-du-Rhône, je contractais l'obligation de m'y dévouer sans réserve au servive de
Votre Majesté & aux intérêts des peuples dont un acte de votre autorité souveraine avait daigné me confier l'administration.
Etudier ce Département sous tous les rapports, le faire connaître à la France entière jusque dans ses moindres détails, le présenter, surtout à
Votre Majesté, comme digne d'une protection particulière : tels ont été les motifs qui m'ont fait entreprendre l'ouvrage dont j'ose aujourd'hui vous supplier, Sire, d'agréer la dédicace et l'hommage.
Cette contrée fait partie de l'ancienne province dont
Votre Majesté a longtemps porté le nom, & à laquelle Elle a témoigné une constante bienveillance ; ses habitants, parmi lesquels je m'honore d'être né, ont toujours été dévoués & fidèles à votre auguste Famille ; vous ne l'ignorez pas, Sire, & témoin chaque jour de la sincérité, de l'étendue de ces sentiments, qu'ils ne séparent point de la plus parfaite obéissance aux Lois de l'Etat & aux Institutions qu'ils doivent à votre sagesse, j'ose assurer Votre Majesté que rien ne saurait les en faire dévier.
Quels titres pouvaient m'encourager davantage à présenter à
Votre Majesté un tribut qui lui est si légitimement dû ! Puisse-t'elle, en l'accueilllant avec indulgence & bonté, approuver des efforts excités par tout ce que peut inspirer de zèle, le désir de mériter les regards d'un Monarque dont la couronne est ornée de tant de vertus & de talents, dont le règne, marqué par tant de bienfaits, le sera aussi par des évènements si mémorables !
Je suis avec le plus profond respect,
Sire,
De Votre Majesté
Le très humble, très obéissant & très fidèle sujet,

Comte de Villeneuve
 
Marseille, le 25 août 1824.

Publication.

En ce début du XVIIIème siècle, faire de la "statistique", c'était en quelque sorte dresser le bilan d'une ville, d'un pays, d'une région.

C'est bien ainsi que l'avait compris le comte Christophe de Villeneuve Bargemon, préfet du département des Bouches du Rhône, lorsqu'en 1815, à peine installé à Marseille, il reprenait l'idée, née sous le Consulat, de publier une sorte d'encyclopédie de son département.

Pendant plusieurs années, des formulaires comme celui présenté ci-dessous, furent envoyés aux maires des communes pour en obtenir tous les renseignements disponibles.


L'auteur

Christophe de Villeneuve-Bargemeon, est né au château de Bargemon, dans l'ancienne Provence, le 3 mars 1771. Il fut élevé à l'école militaire de Tournon, et entra à 16 ans en qualité de sous-lieutenant au régiment de Royal-Roussillon, infanterie. En 1792, lors de la formation de la garde constitutionnelle du roi, il fut admis dans ce corps d'élite, destiné à défendre les jours du Louis XVI. Echappé aux massacres du 10 août, il alla attendre à Bargemon des jours plus heureux.
Lors de l'installation du Consulat, il fut nommé successivement inspecteur des poids et mesures dans les départements méridionaux, puis, en 1804, sous-préfet de l'arrondissement de Nérac.
En 1806, il est nommé préfet du Lot-et-Garonne.
A la nouvelle du débarquement de Napoléon sur les côtes de provence, il publia une proclamation véhémente contre lui et se démit, quelques jours plus tard du poste qu'il occupait. Il reprit ses fonctions à la chute définitive de régime impérial, et succéda, le 8 octobre 1815, comme préfet des Bouches du Rhône, au comte de Vaublanc. Il administra le département jusqu'à sa mort, le 4 octobre 1829.
Il fut chevalier de Saint-Maurice de Savoie, et décoré de l'ordre de Charles III en reconnaissance des services rendus aux espagnols exilés en France.

Mon exemplaire



Biographie universelle, ancienne et moderne. Supplément. Tome 85ème. Paris, 1862.


© Max Derouen