Belcodene : Encyclopédie communale : Reconnaissance de 1349.


Il existe aux Archives Départementales des Bouches du Rhône, un document datant de 1349, consistant en un rouleau de parchemin, composé de 17 "reconnaissances" cousues bout à bout.
Ce document est décrit ainsi :

" Reconnaissance d'habitants de Belcodène en faveur de Bertrand de Roquefort, prieur de Saint-Savournin, agissant au nom de Béranger de Roquefort son frère chevalier, et de Pierre de Roquefort, tous trois co-seigneurs de Mimet. "
Sur le côté du rouleau, une mention manuscrite précise :
" Recognoissance des manants et habitants de Belcodène. 1349 et 15 novembre. Il y a 17 recognoissances. "
Voici la photo d'un extrait de l'une de ces reconnaissances

Transcription :

Anno domini millesimo trecentesimo quadragesimo nono die quinta decima mensis novembris, notum sit cunctis presentibus Et futuris quod Guillelmus de Sancto Jacobo, laboratoro castri de Bulcodinis bona fide et sine dolo et fraude sponte conffessus fuit et in veritate ex certa scientia publice recognovit venerabili et religioso viro domino Bertrando de Ruppe Forti priori Sancti Saturnini nomine nobilis viri domini Berangorii De Ruppe Forti militis fratris sui et etiam nomine Petri de Ruppe condominorum castri de mimeto et per eis se tenere et possidere et tenere et Possidere vellet in amphitheosim sub dominIo et senhoria dictorum domini Berangarii et Petrus de Ruppe Forti quandam ferraginem trium panalitarum vel circa sitam in dicto territorio de Bulcodinis conffrontante ab una parte cum camino quo itur apud Massiliam et ab alia parte cum ferragine domini Borgodionis ad censsum seu servicio unius emine annone anno quolibet in praedicto festo beate Marie medii augusti solvendis videlicet dicto domino Berengario tertiam partem dicte emine et dicto Petro partes duas ut ipse asserit quoquidem ferrago serviebat et servire tenebat in retrohactis temporibus tres panales annone modo de novo. Dictus dominus Bertrandus de Ruppe Forti prioris Sancto Saturni et dictus Petrus de Ruppe Forti reduxerunt dicto Guillelmo de Sancto Jacobo ad praedictam eminam annone ; Item et quandam aliam ferraginem ibidem sitam unius panalate annone vel circa conffrontante cum duabus fayssis terre dicti Petrus Ayraudi et ab alia parte cum ferragine dicti Guillelmi de Sancto Jacobo ad censsum seu servicio unius annone anno quolibet in festo praedicto beate Marie medii Augusti solvendum ; Item quoddam campum quatuor eminatarum vel circa situm in dicto territorio loco dicto la Costa de Bon Albert conffrontante ab una parte cum campo Bertrandi Gardane quondam et ab alia parte cum terra Bertrandi Germundi quondam ad tascham fructuum ex dicto campo exceuntes . renuncians inde exceptioni doli et contradictioni sine causa et in factum actioni judiciis viginti dierum et quatuor mensium et demum omni alii juri quo contra praedicta venire posset et jus adtendere contra non venire .Dictus Guillelmus de Sancto Jacobo ad sancti dei evangelia sponte juravit. Actum in Castro praedicto de Bulcodinis in terrassia domini Petri Ayraudi in presencia et testimonio Berrardini de Nantis et Bertrandi Gondii de Bulcodinis testum ad hec vocatorum et rogatorum et mei Bertrandus Leonis notarii Massilie comitis provincie et Forcalquieri auctoritate regia constituti qui a dictis partibus rogatus hanc cartam publicam scripsi et signo meo signavi..

Traduction :


L'an du Seigneur mille trois cent quarante neuf le quinze du mois de Novembre sachent tous présents et à venir, que Guillaume de Saint Jacques travailleur de Belcodène, de bonne foi, sans tromperie ni fraude a spontanément témoigné et en vérité en toute connaissance de cause a publiquement reconnu au vénérable et religieux homme Seigneur Bertrand de Roquefort prieur de Saint Saturnin, au nom de noble homme Berenguier de Roquefort chevalier son frère et aussi de Pierre de Roque, coseigneurs de Mimet, tenir et posséder, en leur nom, et accepter de tenir et posséder en emphytéose sous la domination et seigneurie de Bérenger et Pierre de Roquefort, une ferrage de trois panals environ située dans le dit terroir de Belcodène, confrontant d'une part avec le chemin qui mène à Marseille et d'autre part avec la ferrage du Seigneur ? Bourgondion avec cens et redevance d'une émine de blé chaque année à la fete de la bienheureuse Marie payée à la mi-Août A savoir audit seigneur Berenger un tiers de ladite èmine et audit Pierre deux tiers. Comme il l'affirme lui-meme, pour cette ferrage il payait et Avait coutume de payer dans le passé trois panals de blé. Maintenant de nouveau, ledit Seigneur Bertrand de Roquefort prieur de Saint Saturnin et ledit Pierre de Roquefort sont revenus à une émine de blé pour ledit Guillaume de Saint Jaques. De même une autre ferrage au même endroit de un panal de blé environ confrontant avec une double restanque de terre dudit Pierre Ayraud et d'autre part avec la ferrage dudit Guillaume de Saint Jacques au cens ou redevance de un panal de blé à payer chaque année à ladite fête de la bienheureuse Marie à la mi-Août. De même un champ de quatre émines environ situé audit terroir au lieudit la cote de Bon Albert confrontant d'une part le champ de feu Bertrand Gardane et d'autre part la terre de feu Bertrand Germund, contre fourniture des fruits provenant dudit champ. Renonçant à l'exception de tromperie et à une opposition non motivée et à une revendication -in factum-, aux jugements en 20 jours et en quatre mois et enfin à toutes sortes de droit par lesquels on pourrait faire opposition, et à ne pas chercher à utiliser un droit contre. Ledit Guillaume de Saint Jacques a juré spontanément sur les saints évangiles. Fait au village susdit de Belcodène sur la terrasse du Seigneur Pierre Ayraud, en présence et témoignage de Bernard de Nans et Bertrand Gontier de Belcodène témoins appelés et convoqués pour cela, et de moi Bertrand Lion notaire public de Marseille établi par décision royale du Comte de Provence et de Forcalquier, qui mandé par lesdites parties ai écrit ce document officiel et l'ai marqué


Remerciements à Jean Claude Huguet et à Léon Martin, pour l'aide précieuse qu'ils m'ont apportée dans la transcription et traduction de ce document.
© Max Derouen