Belcodene : Encyclopédie communale : Les Oppidums.


A la limite sud de Belcodène, aux deux extrémités des barres surplombant la Bouilladisse, on peut voir les restes de deux oppidums d'origine celto-ligure (salyenne).
A l'Ouest, c'est l'oppidum de l'Agache (ou du guetteur), qui surplombe le vallon de l'Homme Mort. A l'Est, celui du Tonneau (ou du Tineù) qui surplombe le vallon du même nom.
Ces deux camps retranchés protégeaient le peuple "des plateaux", les Salyens, des attaques (ou plutôt, sans doute, des ripostes) de ceux "de la mer", les Massaliotes. Grâce à leurs positions élevées, 400m pour le Tonneau et 416m pour l'Agache, ces camps devaient être visibles de la capitale : Entremont.



Vue aérienne des barres montrant la position des deux oppidums.


Oppidum de l'Agache.



Vue aérienne de l'oppidum de l'Agache.

[ Les Antiquités de la vallée de l'Arc P. 37]


   Commune de Belcodène. Castellum du Baou de l'Agache, que l'on peut traduire par  : rocher du guet. Ce retranchement adossé à des à pic qui l'entourent au Sud et à l'Est, domine le bassin du Merlançon, affluent de l'Huveaune, et commande le vallon de l'Homme-mort, étroit défilé dans lequel s'engage le chemin antique qui faisait communiquer Lucretus Pagus, Lasa (Roquevaire) et Gargaria Locus (Saint-Jean de Garguier près Gemenos) avec Trittia (Trets).
   L'aire du camp forme un polygone bizare et ses divisions intérieures sont assez particulières et se prêtent mal à une description.
   Au Nord, un mur de 20 mètres de long perpendiculaire au mur d'enceinte semble être resté inachevé ; la largeur de ce mur, construit comme les autres à pierres sèches, mesure comme eux deux mètres de base. Seuls les murs intérieurs présentent une épaisseur moins grande, assez voisine de 1m50.
   Sur le côté Ouest, qui est le plus vulnérable, on remarque à 8 mètres du rempart un fossé de 2 mètres de large, taillé dans le roc, qui bien que comblé en partie, peut se suivre sur une longueur de 20 métres environ.
   On recueille dans ce retranchement des fragments de meules en basalte, de la poterie indigène grossière, des scories et des morceaux de minerais de fer.
   La rareté des poteries indique une occupation très passagère.


Mur Nord (Photo Max Derouen)
Nord-Ouest (Photo Max Derouen)

Oppidum du Tonneau.



Vue aérienne de l'oppidum du Tonneau.

[ Les Antiquités de la vallée de l'Arc P. 38]


   Castellum sur les escarpements Est de la gorgue du Tonneau : Petit retranchement à enceinte simple, ayant la forme d'un polygone régulier à cinq côtés dont quatre défendus par un mur qui a encore plus de 2 mètres de haut ; le cinquième côté — au Sud — est fermé par des escarpements. Son aire mesure 150 x 300m. Il est situé à quelques centaines de mètres à l'Est de l'Oppidum de l'Agache et sur la même barre de rochers.
   On y rencontre de la poterie indigène grossière semblable à celle du Castellum voisin de L'Agache. Ces débris y sont également rare.


(Photo Max Derouen)
(Photo Max Derouen)


© Max Derouen