Belcodene : Encyclopédie communale : Le Monument aux Morts


C'est par une ordonnance du 10 Juillet 1816, que les communes furent autorisées à ériger, à titre d'hommage public, un monument à la mémoire de leurs enfants morts pour la France.

La guerre de 1914-1918 fera cinq victimes dans les enfants de Belcodène :
(Pour chacune des victimes, vous pouvez voir la fiche correspondante, dont le Gouvernement permet la consultation sur le site "Mémoire des Hommes")

Belcodène décida de la construction de son monument par délibération du 24 avril 1920.
 

 
Le 15 avril 1920, Marius Cayol, entrepreneur à Marseille, chemin de Saint Pierre, s'engage à réaliser ce monument en pierre d'Estaillade, pour la somme de 4.000 francs, selon le plan ci-dessous :
 


Ce devis fut accepté par la commune le 24 avril 1920.
Le monument, pesant 6000 kilos, est transporté début juillet 1920 par Firmin Rebuffat, entreprise de cammionnage de Peypin, pour le prix de 360 francs (240 francs pour le monumennt, 120 francs pour la chèvre et les outils).
Il fallut deux jours, à deux hommes, pour le poser. Ce fut fait les 16 et 17 juillet.
Les deux ouvriers prirent leur repas chez Monsieur Rey "restaurateur à Belcodène", pour un prix total de 47,55 francs. Ce prix comprenait 2 diners et 2 soupers le 16, et la même chose pour le 17.
 

 
La maçonnerie fut confiée à l'entreprise Léopold Long, à Peynier. La facture fait état de 9 journées et demi de maçon à 16 francs, de 3 journées de maneuvre à 3 francs et deux sacs de ciment à 6 francs. Total : 179 francs.
Le 13 août 1920, la Préfecture des Bouches du Rhône, accorde à la commune une subvention de 1000 francs "pour l'érection d'un monument aux morts pour la patrie".
 
 
Le 10 septembre, Jules Dépousier, serrurier à Fuveau, s'engage à confectionner une grille "conformément aux règles de l'art" pour entourer la stèle, pour le prix de 1150 francs.
 
 
Le 15 septembre 1920, la commune fait ses comptes définitifs :
 
 
L'accord du ministre de l'intérieur n'arrivera que le 4 novembre 1920 !!


© Max Derouen