Belcodene : Encyclopédie communale : Henri de Gérin Ricard : Articles.


[ Revue des Etudes anciennes, 1912, Série 4, Année 34, Tome 14, pages 80 ]


LES INSCRIPTIONS DE LAMBESC

   La recherche de l'emplacement du temple d'Iboite sur le collet de Viret près Lambesc ne m'a révélé aucun vestige antique, et c'est selon toute probabilité au pied de ce coteau, et au point de captage d'une belle source, qui coule à la bastide de Mondésir, que devait se trouver l'édicule dispoaru depuis l'élargissement de la grande route opéré vers 1785. J'ai revu à Lambesc les trois textes aui en proviennent et qui figurent dans le tome XII du Corpus. A signaler l'ommission dans ce recueil de l'M, très lisible, qui termine la première ligne de l'inscription nº 637, et à la première ligne du nº 639, où j'ai lu... RÃIVS soit... Ratius au lieu de RAVIS.
   Le nom d'Iboite, connu seulement par ces textes, est celui d'une divinité topique, représentée peut-être par la source voisine de son temple : la racine ib n'évoque-t-elle pas une idée d'eau dans Ibelina, Ibelna (qui sont des formes anciennes d'Huveaune), dans Ibar et Ybos rivières de l'Europe centrale, etc.? Cette hypothèse est au moins conforme à ce que nous savons de positif sur le culte des eaux, très en faveur en Provence à cause de la rareté des sources (matribus, Ubelnabus et Almahabus, Almanarra, Nymphis Griselicis, etc.).
   Il existe dans la cour des Ecoles de Lambesc le monument suivant que je crois inédit : cippe calcaire avec moulures et trous à libations 0,90 X 0,50 X 0,50, maltraité sur son côté gauche ; on y lit en beaux caractères du Ier ou du IIe siècle :

M E R . . . Mer[curio].
V · S · I. . . r(otum) s(olvit) I(ibens [m]erito)

   Cet autel à Mercure provient du hameau de San-Peyre (pierre sainte) qui doit peut-être son nom à la présence de cette pierre en ce lieu, autrefois siège d'un marché important. On m'a dit à Lambesc que c'est sur ce monument que se soldaient, à une époque relativement récente, les marchés conclus aux foires de San-Peyre. C'est M. le capitaine Daniel qui a fait transporter le monument à Lambesc.

H. de GERIN-RICARD



© Max Derouen